dimanche 30 mars 2014

NIR ARIELI
« Stripping them not only of their clothes but also of their skin. »
« Les dépouiller, non seulement de leur vêtements mais aussi de leur peau »

Nir Arieli is a New Yorker artist who started his career as a military photographer for the Israeli magazine Bamachane. Today, his work and projects are focusing mainly on portraits and the field of dance. His last two projects Inframen and Tension, depict dancers to sublimate their movements, their body and skin.

Nir Arieli est un photographe New Yorkais qui a débuté sa carrière de photographe militaire pour le magazine israëlien Bamachane. Son travail et ses projets aujourd'hui s'axent principalement autour de portraits et du domaine de la danse qu'il affectionne.
Ces deux derniers projets Tension et Inframen mettent en scène des danseurs afin de sublimer leur mouvements, leur corps et leur peau.


Nir Arieli confess himsel about not being a good dancer but he has never been much involved in dance than with this project. With Tension, the photographer encourages the dancers to improvise steps and positions that come to their mind, at the time, to capture the escence of the movement when the picture is taken. The photographer plays as a choreographer, this gives a movement language that the artist lives as a "verbal dialogue between the photographed dancer and I"
To obtain this result in movement, Nir Arieli superimposed different postures of the dancers to release the tension that the body and the skin run during the performance of dance.

Nir Arieli avoue lui même ne pas savoir danser mais qu'il ne s'est jamais autant impliqué dans la danse qu'avec ce projet. Avec Tension, il incite les danseurs à improviser les pas et les positions qu'ils leur viennent à l'esprit, sur le moment, afin de capter l'escence même du mouvement lorsque le cliché est pris. Le photographe joue un rôle de chorégraphe, en découle un langage du mouvement que l'artiste qualifie de « dialogue verbal entre le danseur photographié et moi. »
Pour obtenir ce résultat de mouvance, Nir Arieli a superposé différentes poses des danseurs entres elles afin de dégager les tensions que le corps et la peau exécutent lors de la performance des danseurs.



This is a series of portraits of dancers whose images were made ​​from an infrared technique. This use can reveal on the subjects photographed all brands, injuries, stretching and other scars that dance inflicts on their bodies skin.
"The surface of the skin becomes a metaphor for the dancer's interiority." With this project, Nir Arieli aims to highlight the relationship between the strength of the body with the fragility of the soul of the subject being photographed. Strength gives way to emotion, which can be read on the surface of their skin.

Il s'agit d'une série de portraits de danseurs dont les clichés ont été réalisé à partir d'une technique infrarouge. Cette utilisation permet de dévoiler chez les sujets photographiés toutes les marques, blessures, étirements et autres cicatrices que la danse inflige à leur corps et sur leur peau.
« La surface de la peau devient une métaphore de l'interiorité du danseur ». Avec ce projet Nir Arieli veut mettre en lumière la relation entre la force du corps avec la fragilité de l'âme du sujet photographié. La force laisse place à l'émotion, que l'on peut lire sur la surface de leur peau.

Vincc Albertini

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire